Les francophones peuvent retourner au Québec ou en France pour avoir accès à des programmes d’éducation postsecondaire de langue française. 

Bien que la francophonie albertaine soit caractérisée par une forte migration interprovinciale provenant de l’Est du Canada et d’une immigration internationale, bon nombre de francophones sont installés en Alberta depuis des générations. La première présence francophone en Alberta remonte au 18e siècle.

L’Alberta possède une histoire francophone qui remonte à plus de 200 ans, au temps des explorations et de la traite des fourrures, avant l’établissement du Fort Edmonton en 1795. Plusieurs toponymes français, par exemple Grande Prairie, exemplifient qu’une présence francophone existait déjà à cette époque.

Par la suite, plusieurs communautés métisses et missions franco-catholiques furent mises sur pied durant la deuxième moitié du 19e siècle. On compte notamment les missions du Lac Sainte-Anne, Lac La Biche, Saint-Joachim (Edmonton), Grouard-Athabasca, Notre Dame de la Paix (Calgary), St-Augustin (Rivière-la-Paix), Saint-Albert, Saint-Paul-des-Métis (Saint-Paul) et Duhamel.

La colonisation francophone, entre autres par des Québécois, Franco-Américains et Français, s’est quant à elle échelonnée sur plusieurs années. Vers la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, de nombreux colons se sont installé dans la région du Nord-Est et ont fondé plusieurs villages dont Lafond, Foisy, Sainte-Lina, Thérien, Saint-Vincent, La Corey, Brièreville, Saint-Édouard, Mallaig, Saint-Paul, Plamondon, Bonnyville et Normandeau. Au centre et au sud de la province, des colons francophones ont établi les villages de Legal, Lamoureux, Morinville, Beaumont, Rouleauville (aujourd’hui Calgary) et Trochu. Quant à la région du Nord-Ouest, se sont les villages de Falher, Donnelly, Guy, Girouxville, Tangente, Dréau, Marie-Reine et Saint-Isidore qui se sont formés suite aux demandes de francophones.

Aujourd’hui, bien que près de 50% des Franco-Albertains proviennent d’ailleurs au Canada et 24% d’ailleurs dans le monde, 25% d’entre eux sont nés en Alberta. De plus, selon le recensement de 2016, environ 418 000 Albertains (10,5%) ont des origines françaises ou canadiennes-françaises.

Les personnes qui se sentent interpellés par la situation critique dans laquelle se trouve le Campus Saint-Jean et qui désirent appuyer les démarches juridiques en cours sont invités à faire un don. Un reçu pour fin d’impôt sera émis pour tout don de 20$ et plus.

En savoir plus

Un gabarit de lettre, en français ou en anglais, est proposé et permet d’insérer un paragraphe afin de partager son expérience personnelle en lien avec le Campus Saint-Jean et/ou témoigner de l’importance que revêt cette institution.

En savoir plus