Campagne Sauvons Saint-Jean: Mise à jour à la communauté

EDMONTON, LE 22 JUILLET 2020 – Au cours des derniers mois, l’ACFA a poursuivi ses démarches afin de trouver des solutions qui permettront au Campus Saint-Jean (CSJ) de poursuivre ses activités. En pleine période estivale, l’ACFA souhaite partager une mise à jour à la communauté.

Sur recommandation du ministre de l’Éducation supérieure, Demetrios Nicolaides, l’ACFA a rencontré le nouveau président de l’Université de l’Alberta, Bill Flanagan, ainsi que des membres de la haute direction de l’Université à deux reprises, les 23 juin et 16 juillet 2020. Voici quelques éléments discutés lors de ces rencontres.

D’abord, en avril dernier, le CSJ devait soumettre un plan et un budget équilibré à l’Université de l’Alberta. Initialement, pour atteindre un budget équilibré, le CSJ parlait de couper 180 cours sur une possibilité de 409, ce qui impliquait aussi des coupures de programmes. Le Campus Saint-Jean a proposé un plan mitoyen qui permettra à tous les programmes d’être maintenus, mais qui implique de couper 77 cours de sa programmation normale et qui nécessite de trouver un million de dollars pour équilibrer son budget. L’ACFA a eu la confirmation que cette proposition ira de l’avant pour septembre 2020. Pour l’ACFA, cette proposition va tout de même à l’encontre des directives du ministre qui avait indiqué que les mesures budgétaires devaient se limiter aux aspects administratifs des institutions postsecondaires et ne devaient pas affecter les étudiants. Elle va aussi à l’encontre de l’entente de 1976 dans laquelle la province et l’Université se sont engagés à opérer, maintenir, améliorer et développer la programmation du CSJ.

Lors des rencontres avec l’Université, l’ACFA a notamment cherché à comprendre d’où proviendra le million de dollars manquant dans le budget du CSJ. Ceci n’est toujours pas clair. D’abord, le CSJ ne pourra pas utiliser ses fonds de réserve. L’ACFA a également demandé des clarifications sur l’attribution du Campus Alberta Grant, étant donné que la portion de la subvention provinciale reçue par le CSJ ne correspond au nombre d’étudiants actuels (FLE). Malgré les explications reçues, rien ne laisse présager qu’il y aura un ajustement du financement provincial alloué au CSJ. De ce que l’ACFA comprend, l’Université offrira une flexibilité financière au CSJ en cours d’année, grâce à sa liquidité interne, mais l’Université s’attend à ce que le gouvernement fédéral vienne combler ce manque à gagner d’ici le 31 mars 2021.

Lors de ces rencontres, Bill Flanagan a également discuté de l’importante restructuration à venir à l’Université de l’Alberta. Il a invité l’ACFA à prendre part au processus.
L’ACFA comprend que l’initiative de restructuration de l’Université vise à réduire les coûts, notamment en réduisant le nombre de facultés et l’empreinte de l’Université. L’ACFA s’inquiète de la référence lors des assemblées publiques à des exemples d’universités ne comptant que cinq facultés. L’ACFA répondra à cette invitation en soumettant un mémoire qui proposera notamment plus d’autonomie pour le Campus Saint-Jean, tout en maintenant une affiliation avec l’Université. La communauté sera invitée à commenter le mémoire lorsqu’il sera rendu disponible.

Lors des deux rencontres, M. Flanagan a aussi émis l’idée de déménager le Campus Saint-Jean au Campus principal, en raison des coûts d’entretien des installations existantes. Pour l’ACFA, l’intégration du CSJ au Campus principal entraverait sérieusement la capacité de créer une expérience immersive en français pour les étudiants. De plus, l’entente de 1976 est claire à deux niveaux : premièrement, la Province et l’Université ont reconnu que le programme doit être maintenu dans des installations séparées du Campus principal de l’Université de l’Alberta afin qu’il soit exploité dans l’atmosphère francophone nécessaire à son succès ; deuxièmement, la Province s’est engagée à fournir les fonds nécessaires pour que l’Université puisse continuer d’opérer, maintenir, améliorer et développer les programmes, mais aussi les bâtiments, l’équipement et les fournitures du Campus Saint-Jean sur le site actuel.

En mai dernier, le Conseil d’administration provincial de l’ACFA a adopté une proposition afin que l’ACFA prenne les démarches nécessaires pour avancer avec un recours juridique, si le contexte politique ne permet pas de trouver une solution adéquate pour le Campus Saint-Jean pour septembre 2020. L’ACFA étudie présentement toutes ses options.

Depuis 1926, l’ACFA est l’organisme porte-parole de la communauté francophone de l’Alberta. Son rôle est de faire valoir les intérêts de cette dernière et d’assurer son développement global.

-30-
Pour information :
Diane Fournier
Adjointe aux affaires publiques
ACFA
d.fournier@acfa.ab.ca

À LIRE SUR LE DOSSIER :

Depuis 1926, l’ACFA est l’organisme porte-parole de la communauté francophone de l’Alberta. Son rôle est de faire valoir les intérêts de cette dernière et d’assurer son développement global.

Les personnes qui se sentent interpellés par la situation critique dans laquelle se trouve le Campus Saint-Jean et qui désirent appuyer les démarches juridiques en cours sont invités à faire un don. Un reçu pour fin d’impôt sera émis pour tout don de 20$ et plus.

En savoir plus

Un gabarit de lettre, en français ou en anglais, est proposé et permet d’insérer un paragraphe afin de partager son expérience personnelle en lien avec le Campus Saint-Jean et/ou témoigner de l’importance que revêt cette institution.

En savoir plus